Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Diffusion régionale du silex crétacé des minières de Saint-Gond (Marne, France) au Néolithique récent et final

Résumé : La région des Marais de Saint-Gond (Marne) comporte un très grand nombre de sites néolithiques. Elle est surtout connue pour ses nombreuses sépultures collectives en hypogées et en allées couvertes. Des ateliers de taille et des habitats y ont également été détectés. Tous ces sites ont fourni des quantités de silex taillés. L’origine de ces silex et le contexte géologique de la région n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude détaillée. Depuis 2012 les prospections ont permis de localiser 17 minières et plusieurs dizaines d’affleurements de bancs de silex. Ces données montrent que le silex est très abondant dans la région et qu’il a été intensément exploité au Néolithique. Existe-t-il un lien entre les silex déposés dans les sépultures collectives et les exploitations locales ? La provenance des silex de six sites régionaux datant du Néolithique récent et final (hypogées, allée couverte et habitats) a été déterminée par l’analyse des faciès sédimentaires. Ces études ont permis de préciser dans quelle proportion les différents secteurs miniers ont été exploités. Elles permettent également de dater indirectement les exploitations. Le faciès sédimentaire du silex de la région des Marais de Saint-Gond a été caractérisé en mésoscopie à partir de cinq affleurements du Campanien supérieur. Les silex étudiés proviennent de bancs affleurant dans les minières échantillonnées. La détermination des faciès sédimentaires permet de reconstruire les conditions de sédimentation du paléoenvironnement marin dans lequel la craie s’est déposée et les silex se sont formés (profondeur et agitation du milieu, distance au continent, composition et répartition des faunes etc…). Le faciès sédimentaire de la région est appelé "faciès Saint-Gond". Il constitue une description suffisamment précise pour distinguer le silex de la région des autres silex qui se sont formés dans les différents environnements de la Mer de la Craie. Le faciès Saint-Gond présente une variation latérale et stratigraphique suffisamment importante pour définir cinq sous-faciès, correspondant à chaque affleurement étudié. Il est alors possible d’identifier les provenances de ces cinq secteurs miniers. Les résultats montrent que le faciès Saint-Gond est majoritaire dans les corpus lithiques des sites de la région, à l’exception de l’allée couverte de Bannay « Le Reclus », dans laquelle un faciès crétacé exogène domine. Les différents sous-faciès sont présents dans tous les sites étudiés, en proportions variables d’un site à l’autre. Ces résultats impliquent qu’au Néolithique récent et final, les populations des habitats et des sépultures collectives utilisaient du silex provenant de plusieurs minières locales. Une exploitation plus ou moins contemporaine de tous les secteurs miniers implique une certaine organisation sociale et économique pour l’acquisition et la diffusion des matériaux. À l’échelle régionale, les productions des minières ont dû très largement circuler entre les différents groupes, selon des schémas qui restent à définir. De nombreux indices macroscopiques laissent penser que le silex de Saint-Gond a également circulé dès le Néolithique ancien dans la plupart des régions du quart nord-est de la France. Les matériaux exogènes observés dans les corpus de plusieurs des sites étudiés indiquent une bonne insertion dans des réseaux d’échanges à plus ou moins grande échelle.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02359735
Contributor : Sophie Desbois-Garcia Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, November 10, 2021 - 11:16:12 AM
Last modification on : Friday, January 7, 2022 - 3:48:47 AM

File

Imbeaux et al 2018 BSPF.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02359735, version 1

Collections

Citation

Marie Imbeaux, Jehanne Affolter, Rémi Martineau. Diffusion régionale du silex crétacé des minières de Saint-Gond (Marne, France) au Néolithique récent et final. Bulletin de la Société Préhistorique Française, Société Préhistorique Française, 2018, 115 (4), pp.733-767. ⟨halshs-02359735⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles