Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

Accueil ERC MAP

 

 

 

 

Recommandations ERC sur l'Open Access

 

 

 

 

L’histoire des religions antiques s’écrit habituellement en partant des dieux, considérés comme des personnes ou des personnifications, reliées entre elles par des liens de parenté ou des affinités électives. Cette représentation simpliste et statique ne permet pas d’affronter le défi de la complexité structurelle et dynamique des systèmes religieux de l’Antiquité. En appréhendant les dieux comme des puissances dotées d’une pluralité de facettes, on peut analyser les réseaux qu’ils génèrent et les environnements qui les façonnent. Ainsi, pour pénétrer dans les logiques relationnelles, porteuses de sens, mais toujours fluides, qui agencent et animent les puissances divines, MAP pénètre au cœur des systèmes de dénomination du divin et se concentre sur les épithètes divines. En effet, à travers un large éventail d’épithètes attachées ici ou là aux noms des dieux, certaines partagées, certaines spécifiques, on décline et déploie leur puissance, tout en générant des liens et de multiples configurations du divin. Les épithètes servent à exprimer les multiples fonctions et modes d’action des dieux, ainsi qu’à les associer à des espaces où leur présence permet l’interaction avec les hommes. C’est pourquoi les épithètes jouent un rôle stratégique dans la communication rituelle, puisqu’elles permettent de cibler un interlocuteur divin et de renforcer l’efficacité du rituel.

Le projet MAP s’empare des épithètes divines en tant qu’interface entre les systèmes religieux et leur appropriation contextuelle par les hommes. En élisant deux terrains d’enquête, le monde grec et le monde sémitique de l’ouest, dans la longue durée qui va de l’émergence des cités grecques à la fin de l’Empire romain, MAP entend, pour la première fois, embrasser l’ensemble des épithètes divines en tant que langage donnant accès à la cartographie du divin, à ses modes de représentation et de déclinaison, ainsi qu'aux stratégies de communication entre hommes et dieux. Répertorier et étudier les épithètes divines, c’est en quelque sorte accéder au « génome » des systèmes divins, là où, auparavant, on se contentait de définitions statiques et d’arbres généalogiques. L’approche systémique et relationnelle des réseaux divins dessinés par les épithètes permet d’éclairer la fabrique culturelle et historique des mondes divins, en articulant structuration et human agency.

Le projet MAP s’appuie sur une démarche comparative entre les deux terrains d’enquête retenus et interroge, à travers le prisme des épithètes, les logiques propres aux systèmes polythéistes et monothéistes, tout en questionnant la pertinence même de ces catégories. MAP innove sur le plan méthodologique puisque le repérage exhaustif des épithètes et la prise en compte des contextes historiques et sociologiques sont associés à des approches inspirées par la Social Network Analysis. MAP a vocation à cartographier et visualiser les agencements, liens, ensembles et polarités que les épithètes divines révèlent, puis à les interpréter à la lumière des dynamiques historiques qui leur confèrent un sens. Le champ du religieux est ainsi exploré en tant qu’espace d’expérimentation « instable » au sein duquel l’action humaine répond à des stratégies, entre normes et inventivité.

Le coeur du projet sera la réalisation d'une base de données des épithètes du monde grec et du monde sémitique (de l'ouest), capable de rendre compte des contextes, des acteurs, des fonctions et des liens que les chaînes de dénomination des dieux révèlent. Les données enregistrées seront ensuite traitées par le biais d'outils statistiques et d'analyse de réseaux. La phase initiale du projet consiste donc à réfléchir à l'architecture de la base de données pour favoriser les recherches croisées qui alimenteront une réflexion d'ensemble sur les épithètes comme opérateur de la pluralité et de l'unité du divin.