Les quitanderas: du plagiat à la transposition créative. Analyse de la trajectoire d'un objet culturel

Résumé : Entre 1920 et 1930, Pedro Figari (Montevideo, 1861-1938) a peint quatre tableaux intitulés Quintanderas. La scène est toujours la même : au milieu de charrettes, des femmes, qui ont une attitude festive, reçoivent des gauchos, dansent et jouent de la guitare. Dans les années au cours desquelles apparaissent ces peintures, éclate à Paris, où Figari résidait alors, une polémique entre l'écrivain uruguayen Enrique Amorim et Adolphe de Falgairolle. Elle a pour objet une nouvelle, qui traite des " quitanderas ", sur le point d'être adaptée au théâtre pour y être présentée sur une scène parisienne. Nous interrogeant sur le sens de ce terme, d'origine africaine (plus précisément, du kimbundu) et adopté par plusieurs langues (portugais, espagnol, français), on reviendra sur la modalité de travail d'un peintre qui, comme disait de lui le poète argentin Oliverio Girondo, " fouillait dans sa mémoire " (se escarba la memoria).
Type de document :
Article dans une revue
Nuevo mundo - Mundos Nuevos, CERMA, 2014
Liste complète des métadonnées

https://hal.inria.fr/hal-00984786
Contributeur : Edgard Vidal <>
Soumis le : lundi 28 avril 2014 - 18:19:37
Dernière modification le : mercredi 4 juillet 2018 - 23:14:06

Identifiants

  • HAL Id : hal-00984786, version 1

Collections

Citation

Edgard Vidal. Les quitanderas: du plagiat à la transposition créative. Analyse de la trajectoire d'un objet culturel. Nuevo mundo - Mundos Nuevos, CERMA, 2014. 〈hal-00984786〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

209