De l’utilisation de microcosmes pour le test d’hypothèses en biologie de l’invasion

Thibaut Morel Journel 1 Xavier Fauvergue 1 Eric Lombaert 1 Ludovic Mailleret 1, 2 Thibaut Malausa 1 Nicolas Ris 1 Elodie Vercken 1
2 BIOCORE - Biological control of artificial ecosystems
LOV - Laboratoire d'océanographie de Villefranche, CRISAM - Inria Sophia Antipolis - Méditerranée , INRA - Institut National de la Recherche Agronomique
Résumé : Comprendre les facteurs déterminant le succès ou l’échec des processus invasifs est un objectif majeur en biologie de l’invasion. De nombreux travaux théoriques se sont intéressés aux composantes écologiques et évolutives de ces facteurs. Cependant, les tests d’hypothèses associés à une démarche expérimentale restent rares. La plupart des résultats empiriques sont issus de l’analyse a posteriori d’invasions fortuites et ne permettent donc, au mieux, que des approches corrélatives. Dans cet article, nous discutons de la pertinence des microcosmes, i.e. des environnements simplifiés, contrôlés et reproductibles, comme alternatives aux introductions expérimentales en milieu naturel. En nous basant sur une synthèse de la littérature, nous présentons les avantages et limites des approches en microcosmes pour l'étude des invasions biologiques. Notre analyse se concentre sur les publications impliquant des populations en dynamique transitoire après un goulot d’étranglement et/ou soumises à un challenge adaptatif, deux caractéristiques clés des processus invasifs. Malgré le nombre encore réduit de telles études, leur intérêt a été montré pour explorer les influences des caractéristiques de l’aire envahie (les conditions environnementales ainsi que leur hétérogénéité spatiale ou temporelle). Dans une moindre mesure, les microcosmes ont également permis de tester l’influence des caractéristiques des populations introduites et de la communauté envahie. Cependant, ils doivent être utilisés avec précaution car ils ne permettent pas de reproduire la complexité des milieux naturels. Les expériences en microcosmes sont donc complémentaires aux études théoriques et à celles menées en populations naturelles et contribuent à renforcer la valeur prédictive de la biologie de l’invasion en liant théorie et expérimentation.
Type de document :
Article dans une revue
Revue d'Ecologie, Terre et Vie, Société nationale de protection de la nature, 2015, 70 (12), pp.16-27
Liste complète des métadonnées

https://hal.inria.fr/hal-01239846
Contributeur : Jean-Luc Gouzé <>
Soumis le : mardi 8 décembre 2015 - 12:05:31
Dernière modification le : mardi 29 mai 2018 - 12:50:54

Identifiants

  • HAL Id : hal-01239846, version 1

Collections

Citation

Thibaut Morel Journel, Xavier Fauvergue, Eric Lombaert, Ludovic Mailleret, Thibaut Malausa, et al.. De l’utilisation de microcosmes pour le test d’hypothèses en biologie de l’invasion. Revue d'Ecologie, Terre et Vie, Société nationale de protection de la nature, 2015, 70 (12), pp.16-27. 〈hal-01239846〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

354