Géovisualisation des temporalités des territoires : analyse comparative de la diversité des productions

Résumé : L’information géographique est aujourd’hui au coeur de notre société et de notre système économique. « On est passé de l’ère de la localisation de l’information à l’ère de l’information localisée » (Joliveau T., séminaire PUCA 5/02/2014). Avec l’accumulation des données au cours du temps, et le développement de l’acquisition des données en temps réel, le temps est devenu une dimension intrinsèque de l’information géographique. On est ainsi passé d’une information géographique à une information spatio-temporelle. La dimension temporelle est déployée différemment et ne plus être seulement utilisée à des fins d’estampillage pour donner un état « à jour » du territoire, mais aussi à des fins d’observation des évolutions des territoires. Cette démarche est à mettre en regard de celle engagée depuis longtemps dans d’autres domaines, (histoire, archéologie, littérature, environnement,...) qui tentent de reconstruire le temps d’une information historique sur la base de documents anciens issus d’archives, et qui aujourd’hui y associe une composante géographique sur la base de données historiques (annuaires, recensement d’évènements...) via des outils de géocodage (gazeetters), ou des méthodes de géoréférencement (cartes anciennes) ou d’extraction de contenus géographiques ou cartographiques. Depuis une vingtaine d’année, l’évolution des technologies de l’information et de la communication a offert à la cartographie a connu un renouveau en permettant de nouvelles façons de publier et de représenter la dimension temporelle de l’information géographique. Aujourd’hui, compte tenu du volume et de la diversité des données disponibles et de ces nouvelles potentialités technologiques, on est tenté de vouloir cartographier dynamiquement des évolutions, des changements, des mouvements, de mettre en relation les données afin d’en déduire les dynamiques des structures et des relations spatiales, ou tout simplement de donner à voir des phénomènes spatio-temporels et de les interroger en dynamique. les environnements de cartographies dynamiques ou de géovisualisation explosent. Initialement il s’agissait d’interfaces de visualisation cartographique permettant à l’utilisateur de zoomer, de se déplacer sur la carte, de décomposer l’information, d’animer . . . Puis par le couplage de ces interfaces avec des bases de données, ces cartes « actives » sont devenues « dynamiques » et ont permis aux utilisateurs de formuler leurs propres interrogations sur le territoire avec des accès directs à la base de données mise à jour. Le projet PUCA « État des lieux des représentations dynamiques des temporalités des territoires » (2014), a été l’occasion de confronter différents aspects de ces questions. Nous proposons d’en rendre compte en partant des usages : dans un premier temps nous présentons un jeu de repères chronologiques croisés, illustratif des différentes démarches historiques, sans avoir l’ambition d’être exhaustif ni représentatif. Les exemples s’articuleront autour des deux catégories que représentent l’entrée par l’espace et l’entrée par le temps. Nous détaillerons quelques cas emblématiques de représentations spatio-temporelles, en faisant le lien avec la manière dont cela a été traité dans d’autres disciplines. La question que l’on peut alors se poser est si l’ensemble de ces legs constitue les fondements des explorations cartographiques. Dans un deuxième temps une analyse d’un corpus de sites proposant des visualisations dynamiques sera présentée. Ce corpus est analysé au regard des fonctionnalités proposées, des innovations sémiologiques et des services rendus. L’ensemble restitué par l’intermédiaire d’une interface de type « dataviz ». D’une part on rapproche ces caractéristiques de la description qui aura été faite précédemment des legs méthodologiques ; d’autre part on propose de les positionner dans le cadre du modèle conceptuel des usages que constitue le « cube » proposé par MacEachren (1995).
Liste complète des métadonnées

https://hal.inria.fr/hal-01383625
Contributeur : Cécile Saint-Marc <>
Soumis le : jeudi 3 novembre 2016 - 14:06:39
Dernière modification le : jeudi 12 juillet 2018 - 01:09:41

Identifiants

  • HAL Id : hal-01383625, version 1

Citation

Jean-Yves Blaise, Paule-Annick Davoine, Lahouari Kaddouri, Hélène Mathian, Cécile Saint-Marc. Géovisualisation des temporalités des territoires : analyse comparative de la diversité des productions. Douzième rencontres de Théo Quant, May 2015, Besançon, France. 〈http://thema.univ-fcomte.fr/theoq/fr/communications.php?menus=communications&annee=2015〉. 〈hal-01383625〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

382

Téléchargements de fichiers

95