Modélisation connexionniste du traitement de l'accès lexical et mise en relation avec des données électro-encéphalographiques

Laurent Bougrain 1 Jacques Feldmar 2 Enrique Sidhoum 1
1 CORTEX - Neuromimetic intelligence
INRIA Lorraine, LORIA - Laboratoire Lorrain de Recherche en Informatique et ses Applications
2 PAROLE - Analysis, perception and recognition of speech
INRIA Lorraine, LORIA - Laboratoire Lorrain de Recherche en Informatique et ses Applications
Résumé : Le but de ce travail est de s'inspirer de la façon dont le cerveau humain traite l'accès au lexique, pour créer un modèle robuste d'accès multimodal et de stockage d'informations, capable de reconnaître des mots dans des conditions variables. Après avoir étudié plusieurs modèles dont certains reposent sur une approche psycholinguistique, comme le modèle de cohorte de Marslen-Wilson ou le modèle dual-route [O'R99], et d'autres sur une approche plus informatique, parmi lesquels on trouve les modèles de Markov cachés, ainsi que les modèles connexionnistes comme TRACE [McC86] ou FLMP [Mas89], lesquels sont parfois l'implémentation directe d'un modèle linguistique, nous nous sommes focalisés sur le modèle TRACE. Ce modèle est le prototype des modèles connexionnistes de reconnaissance de la parole auxquels Rabiner s'intéresse [Dus05]. Il est directement inspiré du concept de cohorte. Cependant TRACE ne possède actuellement que les niveaux de traitement de l'accès au lexique : acoustique, phonétique et lexical. A partir d'observations neurophysiologiques, nous avons défini et implémenté une représentation du niveau sémantique dans le modèle connexionniste TRACE afin de pouvoir modéliser les effets de l'amorçage sémantique au cours de l'accès lexical. Plus précisément, nous nous sommes intéressés à une réponse électrique mise en évidence par l'électro-encéphalographie, les potentiels évoqués, qui traduisent notamment les processus cognitifs liés à la compréhension de la parole. En effet, certains travaux appuient l'hypothèse d'une interaction descendante entre le niveau sémantique et le niveau phonétique à partir de l'existence de N200, potentiels évoqués connus pour traduire une réaction au niveau phonétique, et de N400 qui manifestent des processus d'ordre sémantique [Kut00]. Cette hypothèse a servi de base pour l'implémentation du modèle d'amorçage sémantique. Nous avons également établi un protocole et réalisé une collecte de données pour une expérimentation qualitative à l'aide d'un système électro-encéphalographique dans le but de confirmer notre hypothèse. La quantité de données collectées jusqu'à présent ne me permet pas de conclure sur cet aspect du travail. Cependant, les résultats d'expérimentations comparables (menées en langue anglaise) semblent malgré tout confirmer notre hypothèse de départ.
Type de document :
Communication dans un congrès
Colloque de l'Association pour la Recherche Cognitive - ARCo'07 : Cognition – Complexité – Collectif, Nov 2007, Nancy, France. pp.Poster, 2007
Liste complète des métadonnées

https://hal.inria.fr/inria-00179885
Contributeur : Laurent Bougrain <>
Soumis le : mercredi 17 octobre 2007 - 00:09:17
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:19:56

Identifiants

  • HAL Id : inria-00179885, version 1

Collections

Citation

Laurent Bougrain, Jacques Feldmar, Enrique Sidhoum. Modélisation connexionniste du traitement de l'accès lexical et mise en relation avec des données électro-encéphalographiques. Colloque de l'Association pour la Recherche Cognitive - ARCo'07 : Cognition – Complexité – Collectif, Nov 2007, Nancy, France. pp.Poster, 2007. 〈inria-00179885〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

327