L'analyse statistique implicative et son utilisation en sciences humaines : apports à la recherche en psychologie interculturelle

Gimena Perez Caraballo 1, * Nadja Maria Acioly-Regnier 1 Jean-Claude Régnier 2
* Auteur correspondant
2 ICAR 2
ICAR - Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations, PSIEM - Psicologia da Educação Matematica, Ciências Cognitivas e Tecnologia Educacional, Educação Digital
Résumé : Les zones frontalières constituent des espaces où la notion d'identité prend une signification singulière. La construction identitaire de la population qui s'inscrit dans ce territoire relève d'une grande complexité et d'une grande ambiguïté. Le but de cette recherche est d'étudier la construction identitaire dans la zone frontalière qui se trace entre l'Uruguay et le Brésil, à partir d'une dimension linguistique, telle que la présence de dialectes frontaliers. Nous nous demandons quelle est l'influence de ces dialectes appelés Portugais de l'Uruguay (PU, populairement appelé portuñol) et Português Gaúcho da Fronteira (PGF) sur la construction identitaire de la population frontalière. Pour cela nous avons utilisé trois outils méthodologiques tels qu'une échelle d'appartenance territoriale et linguistique, des entretiens semi-directifs et un outil projectif inspiré du T.A.T. Grâce à l'utilisation de l'Analyse Statistique Implicative, nous avons pu voir que d'après l'arbre de similarités, il n'y a pas de similarités entre le fait d'habiter à la frontière et le fait de parler les dialectes frontaliers. L'arbre cohésitif nous montre qu'il existe une cohésion entre l'appartenance territoriale nationale et l'identité nationale. De plus, et grâce à cette méthode, nous avons observé que le portuñol n'établit aucune cohésion avec le reste des items présentés à l'échantillon. Cela est surement du à la non-reconnaissance qui existe envers ce dialecte, de la part de frontaliers et non-frontaliers. Ainsi, les résultats montrent que bien qu'il existe un lien entre l'identité territoriale et l'identité linguistique dans la construction identitaire du sujet, si l'on regarde au niveau statistique, nous voyons que c'est un lien de répulsion. Cela voudrait dire que plus la personne affirme qu'elle habite à la frontière, moins elle affirme qu'elle parle le dialecte portuñol. Vu que les stéréotypes négatifs associés au dialecte uruguayen PU ne sont pas présents au sein du dialecte brésilien PGF, la relation envers ces dialectes, n'est pas la même, selon que l'on soit d'un côté ou de l'autre de la frontière. La frontière évoque pour ses habitants les mots union, amitié et tranquillité, cependant des conflits non-dits qui sont de l'ordre de l'implicite peuvent être repérés. Vu les résultats que nous avons obtenu dans cette espace frontalier spécifique, nous pourrions nous demander quelle est la place attribuée aux minorités linguistiques dans ce monde globalisé où l'homogénéité semble être la norme ?
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Jean-Claude Régnier and Marc Bailleul and Régis Gras. L'analyse statistique implicative : de l'exploratoire au confirmatoire, IUFM de l'Université de Caen Basse Normandie, pp.219-243, 2012, 978-2-7466-5256-9
Liste complète des métadonnées

https://hal.inria.fr/hal-00755028
Contributeur : Jean-Claude Regnier <>
Soumis le : mardi 20 novembre 2012 - 13:44:08
Dernière modification le : jeudi 8 février 2018 - 11:09:36

Identifiants

  • HAL Id : hal-00755028, version 1

Citation

Gimena Perez Caraballo, Nadja Maria Acioly-Regnier, Jean-Claude Régnier. L'analyse statistique implicative et son utilisation en sciences humaines : apports à la recherche en psychologie interculturelle. Jean-Claude Régnier and Marc Bailleul and Régis Gras. L'analyse statistique implicative : de l'exploratoire au confirmatoire, IUFM de l'Université de Caen Basse Normandie, pp.219-243, 2012, 978-2-7466-5256-9. 〈hal-00755028〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

363